Et si je vous parlais d’une belle âme?

Et puis elle m’a prise dans dans ses bras pour me consoler. Est ce que ce n’était pas plutôt à moi de le faire? Elle a grandit. C’est elle qui me console, qui me parle et qui me dit que dans le fond je suis la toute petite. 

Elle est belle. Elle l’a toujours été. Il n’y a pas que ses yeux qui le sont. Chaque partie d’elle est jolie. Son âme est lumineuse. Si peu de personnes réalisent à quel point elle est merveilleuse, cette petite fille aux boucles blondes qui aujourd’hui marche avec un petit peu plus d’assurance et qui voit la lumière en chacun de nous. 
Est ce que c’est elle qui a le plus besoin de moi Ou est ce que c’est moi qui ai le plus besoin d’elle? Que serions nous devenu les unes sans les autres? 

Un refuge. Voila ce que nous sommes.

Et puis on respirera ensemble et on ira boire du vin. 

On rigolera aux éclats même des choses les plus tristes. 

On se fera des compliments. 

On prendra du recul ou on sautera à pieds joints sans réfléchir. 

On se comprendra parce que nos gènes ne sont pas tout à fait à l’identique mais nos cœurs eux le sont. D’ailleurs on n’en fout des gènes, du sang, de l’ADN et du reste. On est soeur. Pour la vie. Et même pour après . Sœurs a jamais. Sœurs a toujours. 

On regardera un film et on s’endormira devant Juste à côtés.

Tu me demanderas de sortir Faire une course avec toi. Je te dirai non et puis je te dirai oui. 

On écoutera des musiques plus vieilles les unes que les autres et on les Chantera à tue tête.

Tu me demanderas de klaxonner des inconnus et on rira comme quand on avait dix ans.

Tu me demanderas de choisir le mec le moins moche pour un dîner aux chandelles et me rappèleras que je ne peux pas dire non. Et que j’ai le choix entre un vieux dégarni ou un jeune édenté. Et on rigolera comme deux adolescentes.

Tu me diras que je suis chiante de lire sur la plage pendant que toi tu veux discuter et je te dirai d’arrêter de crier quand un sujet te tient un peu trop à coeur. 

Je boierai un Monaco avec toi alors que dans le fond je n’aime pas vraiment ça et on regardera passer les gens.

On se demandera si finalement on est quand même pas hyper compliquées mais on tombera d’accord sur la vision de la vie. 

Je t’emmènerai ici et ailleurs et on rentrera le coeur rempli de souvenirs . Un smoothie mangue à Phuket ou un mojito à La Reunion.

Et je te comprendrai. Plus que les autres sans doute. Je comprendrai tes choix, ta folie, tes joies et tes peines. Je comprendrai que tu veuilles te sentir vivante et que l’amour nous tombe dessus sans qu’on ne s’y attende. Que l’amour nous choisit et que ce n’est pas l’inverse. Et je verserai des larmes quand je saurai que tu en verses toi aussi quelque Part.
Quand j’ai su que tu allais un jour me piquer la place de la petite dernière au sein de la famille je t’en ai voulu. Pendant 9 longs mois. Et puis encore un peu après. Je te trouvais toute fripée et un peu jaune. Je préférai manger la soupe de Maman à la Maternité plutôt que m’extasier devant ton Berceau comme tous les autres. Mais aujourd’hui je remercie la vie d’avoir une soeur aussi unique et magnifique que toi. Tu es une de mes plus grandes fiertés. Mon plus grand bébé. Mon refuge. Mon coeur. Et mon âme.

Allez viens Ma soeur on va voir la lune. 

« Mais mon Amour, Mon Doux mon tendre mon merveilleux amour, de l’aube clair et jusqu’au la fin du jour je t’aime encore tu sais tu sais je t’aime encore »

À toi. À lui. À Nous. Aux gens tristes. Et à ceux qui s’aiment. A ceux qui vivent des injustices et ceux qui sauvent une vie.

TA soeur. 
« Moi je signe ton Et Toi tu signes ta »

Publicités

9 mois de Toi 

C’était un jour de Janvier. La neige recouvrait de son joli manteau blanc chacune des rues que j’arpentais. Je faisais attention de ne pas glisser. J’avais envie de rire. De crier. De danser. J’étais enceinte! Enceinte! Le rêve de Ma vie. Enfin j’allai vivre ce moment unique. Enfin j’allai être deux. Enfin! 

Quelques nausées Plus Tard, nous étions en Février. Je guettais tes moindres petits coups de pieds Mais il était encore Bien Trop tôt pour te sentir! Je passais Ma Main Sur Mon ventre et avais envie de dévoiler notre petit secret à chaque passant Que je croisais! Leur Dire Que Je portais la vie Et Que Sur Cette Terre j’étais sans doute la personne La Plus heureuse qui puisse exister! Je culpabilisais quand Je Mangeais du fromage au lait cru et filais à la prise de sang avec appréhension! Je regardais les autres Faire du ski Et j’avais La Bonne excuse pour prendre Toute La place Dans le canapé! 

J’ai soufflé mes bougies et fais un vœux. Nous étions en Mars. Mon ventre s’était Bien arrondi et evidement Je Ne portais que des hauts moulants! Nous t’avons vu Pour La Toute première fois. Ton petit coeur faisait battre le mien. Tout allait bien. Mon vœux avait été exaucé. Je n’avais besoin de rien d’autre. Pas de bijoux ni de sacs à Main, Pas de Champagne ni de Restaurant. Entendre Ton coeur battre fut un des Plus beaux cadeaux Que La vie m’ait offert. 

Je trempais mes pieds Dans l’eau encore Un Peu fraîche de l’Ocean. Nous étions en Avril. S’octroyer quelques jours de Vacances avant Que tu viennes chambouler notre vie à tout jamais. Se promener main dans la Main Sans poussette ni porte bébé. Errer jusqu’à Tard le soir Sans se Dire Que le réveil Du lendemain Matin serait difficile. Emmener mon Gros ventre partout et sourire à la vie. Grimper la dune Du Pyla Et être entourée de mes deux gardes du corps! 

« C’est Une Fille. » Nous Étions en Mai. Une larme coulait le Long de Ma joue. Ma préférence à moi. Elle s’appelerait Louise. Il n’y aurait pas de suspense. Tu bougeais chaque jour Plus Et Pour moi il n’y avait pas de Plus Grande émotion. Une Fille. Ma Fille. A moi. La vie était Incroyable. 

L’été faisait Sa douce entrée. Nous étions en Juin. Le soleil caressait ce Gros ventre qui commençait à peser. Nous changions de cocon et il fallait que tu ais ta chambre. Elle serait rose Et beige. Douce Comme toi. Avec un voile au dessus de Ton Lit, des coeurs et des pois. Des paillettes et des fleurs, Je m’en donnais à cœur joie! 

« Elle ferait 3kg. » Nous étions en Juillet. La dernière fois que nous avons vu Ton petit visage. Dernière ligne droite. Un ventre Bien tendu. Un léger Mal de Dos Mais des heures à admirer cette silhouette que j’ai tant aimé Dans Mon miroir! On me demandait si on pouvait poser La Main Pour te sentir. On me demandait si ça faisait Mal parfois  Et Si j’avais Peur. 

Canicule. Nous étions en Août. La neige de Janvier semblait si loin. Un joli chemin parcouru depuis Et Une hâte indescriptible. J’allais aux toilettes toutes les 35 minutes et Je huilais mon ventre Matin Et soir. Je m’imaginais te donnant le sein Et te chantant les berceuses les Plus mignonnes du monde. Combien de temps encore avant de te rencontrer?

« Dis Maman, Ca Fait Mal Comment les contractions? »Nous étions en Septembre. Quelques questions commençaient à se bousculer dans ma tête. Une Babyshower parfaite et une valise presque prête! Une fissure de la poche des eaux. Un déclenchement. Des vomissements. La douleur à son apogée. Quelques poussées. Et Ma vie changea à Tout jamais. 

23 Septembre 2013. 2h55. 

Et Si Maman redevait hôtesse de l’air? 

A Toi qui illumine ma vie, à Toi Ma Plus Belle réussite, Ma Plus Grande fierté, à Toi Mon amour inconditionnel, à Toi Mon Plus beau voyage. 

Devenir Maman a été le plus merveilleux bonheur de ma vie. J’avais toujours rêvé de l’être. De m’accomplir en Tant Que telle. Si Je n’avais eu qu’un rêve à réaliser, cela aurait été celui là. Et Aussi fou que cela puisse paraître pour certaines, Et Bien moi je rêverai de revivre notre grossesse, de revivre notre accouchement et nos premiers instants ensemble. Le plus merveilleux des voyages. On Dit Que La nostalgie altère la mémoire Mais c’est ce jour là Que Tout à Commencé. Alors oui  dans une certaine forme de souffrance mais La Plus Belle des souffrances. Qui étais Je avant Toi? Je n’ai que de vagues souvenirs de cette vie d’antan car j’ai la sensation que Ma vraie vie à moi à commencé Quand je t’ai mise au monde. Un des instants les plus extraordinaires de Toute Une vie. Je ne me lasse absolument jamais de me replonger dans mes vieux souvenirs pour te revoir Si minuscule, Si magnifique Et Si à moi. 

Et puis tu as grandis. On a grandit ensemble. Pas à Pas. Mains Dans La mains. Nous avons construit ensemble une relation extraordinaire. Forte. Belle Et solide. Je suis ta Maman Pour toujours quoiqu’il arrive, quoiqu’il advienne et Surtout Ou Que Je sois. 

Quand Je ferai Le bilan de ma vie Avec Toutes mes rides et mes cheveux blancs, assise sur Un Rocking-chair Alors Je souhaite Que Mon coeur de Maman soit remplie de joie Et Que ce rôle que j’aurai accompli Avec le coeur aura été à la hauteur de tes attentes. Et Que Si toujours assise dans mon rocking-chair tu m’embrasses le Dimanche après midi après avoir dégusté un plat végétarien en famille entourée de mes petits enfants Alors je pourrai m’en aller le coeur débordant d’amour. J’aurai réussi. 

Mais aujourd’hui Mon amour, j’ai quelques rides au coin des yeux Mais pas encore de cheveux blancs. Je suis une Maman, Une femme Et j’ai des rêves plein La tête. Des rêves pour Nous et des rêves pour moi. Si j’ai retenu quelque chose ces dernières années c’est Que Pour etre heureuse Et Pour te rendre heureuse Je dois etre épanouie. Et ce même au travail. Alors Je rêve de revoler. De revoir le monde. De découvrir tous ces endroits que je ne connais pas encore. Je rêve que tu sois fière du travail Que Je fais. Je rêve de t’emmener partout Ou le vent nous mènera. Je rêve de te faire rêver. Je rêve de reporter un uniforme Et Que tu me trouves Belle dedans. Je rêve de te ramener des cadeaux des quatre coins du monde. Je rêve que tu viennes prendre Ton petit déjeuner avec moi à Bangkok Et Que tu fasses de l’hélicoptère à New York Comme Toi Aussi tu en rêves tant! Que tu fasses Un Chateau de sable à Rio Et de te prendre en photo sous un cerisier Japonais. 

Il y aura Sans doute quelques larmes au moment des départs et je ferai Comme Si Je Suis Une Maman forte jusqu’au moment où je serai seule Dans Ma voiture. Et Puis Je t’emmènerai Avec moi. Tu visiteras le monde dans mon coeur. Et Puis je reviendrai, heureuse et épanouie. On se serrera dans les Bras, On Ne se décollera plus jusqu’au prochain envol. J’embrasserai chaque endroit de ton visage Car tu le sais, Mon Plus voyage c’est Toi. 

Maman. 

Les Bobos Du Coeur. 

Ma Chère Et Tendre Louise 

Je dois t’avouer quelque chose ce soir. Quand tu tombes sur tes petits genoux et Que tu saignes, Je te désinfecte, Je fais un bisou magique, Je Colle Un pansement Et Tout Est oublié. Tu repars telle une guerrière à la conquête du prochain muret à escalader. Tu me regardes Avec fière allure armée de ce pansement Qui cicatrise tes blessures et Je me dis qu’au moins, ce bobo là j’ai réussi à Lui Faire la peau Et qu’il n’atteindra jamais le coeur.

Mais il y a des Bobos Que Je Ne pourrai Panser. Ceux Du coeur. Ceux qui te couperont les deux jambes. Ceux Qui t’empêcheront de dormir la nuit. Ceux qui te feront te sentir seule. Ceux Qui te donneront envie de rester au fond de Ton Lit. Ceux qui te feront écouter les mêmes chansons, inlassablement. Alors ces Bobos là, Ma Fille, tu dois t’y préparer. Tu souffriras comme chacun de Nous a souffert. Tu feras souffrir Aussi Car ton coeur aura ses raisons. 

Et moi Du haut de Mon vieille âge, Je te raconterai. Je te raconterai Que j’ai souffert Aussi. Parfois Un Peu, parfois Beaucoup. Que la vie est ainsi faite. Mais qu’il ne faut pas La subir Mais s’y accrocher comme Si tu allais mourir demain. La Trouver Belle malgré les douleurs et la tristesse. Se Dire qu’elle passe à une allure folle Et Que tu Peux Trouver Du Bonheur même Quand tu as l’impression que Ton monde s’arrête. Je te raconterai Que Dans Chaque épreuve il y a Une Belle leçon à vivre. Qu’il n’y a pas de hasard. Que tu peux pleurer dans mes bras jusqu’au levé du jour Et Que Je Peux rester silencieuse et écouter les oiseaux se réveiller Si tu n’as pas envie de parler. Je te raconterai Que Si Ce coeur fou Ne sait lire le tien Alors tu dois Le laisser fuir et Ne Surtout Pas Le retenir. Que La beauté de Ton Coeur n’a pas de prix. Que l’on regarde les gens Par Le coeur Et Non Par les yeux. Ne laisse personne te regarder Sans Le coeur. Toi Ma Beauté Si profonde, Si sensible, Si douce Et Si fragile. Viens contre moi Et sens Mon coeur de Maman. Il a souffert mais il en vie. Il bat. Parfois Juste parce qu’il a l’habitude de Le Faire, parfois parce qu’il est amoureux et parfois parce qu’il est triste. Mais il bat. Toujours. Il continue de battre parce qu’on se relève. De Tout. Que la vie est belle. Que tu peux aimer passionnément quelqu’un Et le garder Dans Ton coeur Pour La vie. Qu’il reste Juste Ici, quelque part en Toi. Et Puis avancer. Je t’aiderai à avancer. Petits Pas Par petits Pas Comme Quand tu étais Un bébé. En te tenant la main. Chaque Pas sera notre victoire. Tu pourras te cacher pour pleurer. Je n’ai pas besoin de Tout Savoir. Et Puis Je te dirai de respirer Comme Je te l’ai appris. De sentir ce petit filet d’air qui passe en Toi Comme Une douce brise et Qui te montre à quel point tu es encore en vie. Je te ferai un chocolat chaud et fumant Et Je caresserai tes cheveux. J’essaierai de te Faire sourire Puis rire. Et on ira marcher quand tes jambes te porteront un Peu plus.. 
Je te raconterai Que tu aimeras à nouveau. Qu’aimer est La Plus Belle des épreuves et Qu’aimer inconditionnellement rend fort. Que La seule personne que tu dois écouter est Ton coeur. Je t’en parlerai souvent ..de Ton coeur Comme Je le fais ici. Je te raconterai qu’il devra guider ta vie. En tous sens. Que Lui seul devra être seul juge. Que ta tête sera Peut etre parfois en désaccord avec Lui Mais qu’il ne faut laisser personne d’autre que Lui mener ton existence à Bien. Car à Trop réfléchir, c’est Ton coeur Qui souffre. Que tu ne dois pas avoir Peur. Que La Peur Est paralysante. Que derrière La Peur il peut y avoir Tant de rêves. Je te raconterai qu’il ne faut jamais dire jamais, ni toujours. Je te raconterai de ne jamais te contenter de Peu. De voir Grand. Je te raconterai de viser la lune. Que Cette personne devra te porter jusqu’aux étoiles quand mes Bras de Maman fatigués Ne le pourront plus. Je te raconterai de vivre sans regret. De foncer. De Ne Pas réfléchir. Que la vie est Belle. Je te raconterai Que ce n’est pas ce que tu fais Qui Fait Qui tu es. Je te raconterai de t’accepter comme tu es. Je te raconterai de ne jamais douter de ta Beauté. Je te raconterai Que malgré tes blessures, tu dois pardonner pour avancer. Je te raconterai de ne jamais rester en colère. Je te raconterai Que la colère Est Pour les faibles et Que tu es armée d’un pansement invisible qui s’appelle l’amour. 

Et Puis Un soir, tu m’appelleras. Et j’entendrai une voix souriante à l’autre bout du fil. La voix d’une âme guerie. Qui a écouté des chansons d’amour à s’en faire vomir. J’entendrai la voix d’une femme qui À le coeur fragile Mais Plus fort. La voix d’une femme qui a comprit. Celle d’une battante. Celle de Ma Fille. Je raccrocherai le combiné et en silence, Sans Que tu Ne le saches, moi Aussi Je verserai une petite larme. 

Hauts les cœurs. 

Je t’emmene voir la Mer

J’ai mis son chapeau dans un sac, Sa pelle, son seau et nous avons filé. 

Quarante huit heures rien qu’à Nous Et Ca commençait maintenant, Elle Et moi. Juste Nous. J’ai toujours eu envie de la dépayser et Je me suis toujours dis que nous allions nous accorder ces parenthèses enchantées. Rien ne pouvait nous en empêcher. Nous créer des souvenirs à huit clos. J’aime ces instants précieux dont j’ai l’exclusivité. Je suis une Maman possessive parfois. J’aime le partage Mais j’aime être égoïstement une Maman Louve. 

À 9h38, tu m’as demandé si tu pouvais manger ton sandwich. Je t’ai dis de patienter encore un peu. Alors tu as regardé le Roi Lion. Je t’ai entendu chanter à tue tête Et Je me suis dis en regardant les autres voitures dans les bouchons que j’avais Beaucoup de chance. Que finalement Avec Toi les kilometres passeraient à une vitesse folle Et Que Malgré Tous les voyages que j’avais fais, les Plus Beaux Avec Toi étaient à venir. J’ai discrètement mangé quelques fraises Tagada en faisant diversion car il n’était que 10h08 Et Que je venais de te refuser Ton sandwich en t’expliquant qu’il fallait attendre une heure raisonnable! J’ai écouté des musiques ensoleillées, rigolé de tes règles Du jeux étonnantes concernant la couleur des voiture et tu as dormi trois minutes avant d’arriver. 

J’ai adoré te voir Si petite face aux falaises d’Etretat. Toi Mon Tout petit bébé Qui est né hier. Tes cheveux flottaient dans l’air et tes petits pieds doux avaient Du Mal à marcher sur les galets. On a rit en trempant nos pieds dans l’eau glacé et on a glissé en remontant jusqu’à la serviette. Tu m’as dit que tu avais faim Et le contraire m’aurait étonné. Je t’ai promis une glace Avec Beaucoup de chantilly Et nous sommes parties en quête du restaurant le plus mignon de la ville. 

Je me suis assise en face de Toi Et Je t’ai regardé en me disant que le temps passait vite, Que chaque instant devait être précieux et Que nous étions bien là, ensemble. Je me suis demandée si tu allais réussir à finir Toute la chantilly Et Si la journée pouvait mieux commencer? 

Ensuite, Nous avons trainé les pieds sur les pavés de Honfleur. Tu as fais Un Tour de Manège. Puis deux. Je t’ai trouvé Si Belle en tenue d’été et tes bouclettes blondissantes sentaient Bon l’air Marin. Nous nous sommes assises à la terrasse d’un café pour savourer ce moment délicieux et j’ai ecouté tes histoires plus farfelues les unes que les autres. J’ai levé les yeux au ciel quand Pour la 28 Eme fois tu as répète le mot « pétouille » Et Que tu as ris aux éclats! J’ai ris Quand tu m’as dis que tu trouvais Que Mon vernis écaillés de Maman etait joli Et j’ai savouré la limonade de Maman responsable! 

À l’hôtel, tu as sauté sur le Lit Et Je t’ai laissé Faire. Tu m’as demandé si le Monsieur de la réception était Aladin et Je t’ai Que oui. Tu t’es glissé dans les draps Et nous avons passé ce Samedi soir devant les dessins animés. Tu t’es endormie sur le ventre Comme Maman Et ta respiration en disait long sur l’etat de fatigue dans lequel tu te trouvais apres cette Belle journée bien remplie. 

Je t’avais promis une plage de sable depuis la veille alors à 8h tu as Ouvert tes petits yeux. À 9h45, Nous trempions nos pieds dans la Mer. C’est la première chose que je faisais petite Quand Nous arrivions à la plage Et c’est toujours la première chose que je fais aujourd’hui. Peu importe la température, peu importe la Saison. Et Je Crois Que Pour Ca Ma fille, tu tiens de Maman. Tu n’as plus voulu repartir. La plage etait à Nous, le soleil se levait tranquillement et la fraîcheur était encore palpable. Nous avons décidé de pendre le petit déjeuner les pieds dans le sable et tu m’as paru etre encore plus grande lorsque tu as bu Ton chocolat chaud dans une tasse. Je t’ai demandé de faire attention à ta nouvelle veste Et huit secondes Plus Tard, deux énormes tâches de chocolat s’y logeaient. Puis Quand tu ne pouvais plus patienter nous sommes allées nous installer sur notre serviette. Tu as mis Ton joli chapeau Et tu as commencé à inventer des histoires plus mignonnes les unes que les autres. Tu m’as demandé dix huit fois Avec Ton sourire le Plus ravageur d’aller remplir Ton arrosoir et j’ai succombé dix huit fois. J’ai souris en voyant les couples aux ventres arrondis prendre Du Bon temps Sur leurs serviettes. 

Nous avons couru Sur la plage, ramassé des coquillages, tu t’es baignée, tu as fais un gâteau de sable a l’omelette, tu as sauté dans les flaques, on a Mangé des crêpes, tu es tombée dans l’eau Avec Ton short, tu as râlé à cause Du sable dans les chaussures, tu m’as demandé les Bras, tu as fais du trampoline géant, on a fait des photos, on s’est calînée Et on s’est dit qu’on reviendrait. 

On a reprit la route de la maison Avec plein de souvenirs en tête. Tu as dormi, pleine de sel et de sable. Je me suis dis que ce week-end avait été merveilleux malgré tout le sable que tu avais mis Sur Ma Servette! Et Que bientôt Nous reviendrons. Ici ou ailleurs. 

Ma fille, ce qu’il faut que tu saches.

Ma fille, 

Ce soir je suis fatiguée. Je ne devrais pas le dire Car dans chacun des livres Que je devore sur la parentalité positive, Et bien il Est dit que c’est éducativement incorrect. Pour ta confiance, Ton équilibre et ta bonne éducation. Mais Comme hélas, Je Ne Suis Pas une Maman de livres Mais Juste ta Maman Je Peux te le dire Un Peu ce soir. Et promis, demain matin, Tu Ne l’entendras plus.

Il y a des soirs comme celui là Ou on réfléchit. Beaucoup. Un Peu Trop. En pesant le pour et le contre sur ce qu’on fait de bien Ou de Mal. Cette vie de Maman, une vie de questionnement permanent, le Plus bEau Mais Aussi le plus difficile métier du monde. Comment Savoir Si ce que je fais Est bien Pour Toi? Suis Je trop sévère Ou pas assez? Mais Si c’est fait Avec amour, Est ce que du coup c’est forcement bien? Et Si tu ris aux éclats plusieurs fois par jour, Est ce que Ca vEut dire Que tu es heureuse et que je suis une bonne Maman?

Tu sais ma fille, Quand tu seras une grande. Mais Vraiment une très grande, je t’expliquerai des choSes. Je te dirai qu il y a des soirs où tu douteras. Tu douteras de Toi, Un Peu, Beaucoup, passionnément mais Ca passera. Parce que demain, tu feras face à une nouvelle journée. Plus ensoleillée. Que les oiseaux chanteront au petit Matin Et Que la vie sera Belle. Qu’il ne faut pas s’arrêter à un échec Mais plutôt appendre de ses erreurs. Réfléchir Mais Pas Trop. Faire les choSes Avec le coeur Et Savoir se pardonner. Qu’être une Maman Est Un Bonheur indescriptible, qu’il changera ta vie à Tout Jamais Et Que tu te donneras corps et âmes pour cet être à Qui tu auras donné la vie. Mais Que parfois ce sera difficile. Il y aura des doutes, des pleurs, des cris, des disputes, des punitions, de la fatigue Et de la lassitude. Mais sache Que Tout cela ne durera pas. Ca passera Comme le brouillard dans la nuit. Et puis tu m’appelleras et je te dirai Avec une voix rassurante que moi Aussi Je Suis passée par là, Que Tout Est normal. Je viendrai sécher tes larmes et te Faire Ton plat favori. Je bercerai ton enfant jusqu’à ce que ses paupières lourdes se ferment Et Je te borderai Toi Aussi parce que tu en auras besoin. Je te laisserai un mot d’amour sur ta table de nuit Et repartirai dans ma maison Ou Tout Est Plus calme à présent Et Ou les souvenirs de Ton Enfance Et tes albums photos me réchauffent le coeur. Alors Je me replongerai dans mes vieux souvenirs. Je me souviendrai que moi Aussi j’ai douté sur mon canapé un soir de Février. Moi Aussi j’avais imaginé que Tout serait Plus simple et Que je serai une très Bonne Maman. Que je saurai y Faire parce que je t’avais porté pendant 9 mois Et Que ça devait être inée. J’avais imaginé que grâce à Tous les livres Que j’ai lu je saurai toujours y Faire. Que j’aurai une solution à chaque problème Et Que Malgré la fatigue je serai toujours calme, sereine et mesurée. Mais entre la théorie et la pratique, Ma fille, il y a un monde! Ce que je ne savais pas Mais Que Je te dirai c’est qu’être une Maman n’a rien de théorique! Parce qu’en pratique ma fille, il y a les sentiments, la culpabilité, Un coeur chamallow, Ton sourire ravageur, de la sensibilité, des émotions, De la fatigue, des échecs, des réussites, de la joie, de la peur, des doutes Et de l’Amour. Et qu’il va falloir composer Avec Tout cela. 

Ma vie à Prit Tout son sens lorsque tu es venue au monde. Ce rôle etait pour moi. Aussi difficile Et merveilleux qu’il puisse être. 

Dors Ma grande fille Car demain matin, tu as un biberon à donner et il sera Peut être  de très bonne heure..Mais Quand tu ouvriras tes volets, regarde le soleil, il brillera pour Toi, Pour cette jolie Maman que tu es devenue. 

Maman 

Une précieuse journée sans enfant.

J’ouvre un œil. Les deux. Pas Un bruit. Pas de petits pieds claquants sur Le parquet. Pas d’ombre chevelue qui accourt près de notre Lit. Pas d’allumage brutal de lumière et Pas de retirage de couverture! Pas de « Allez Maman, ma chérie, tu as assez dormi! ». 

Maman, Que Ca fait du bien! Je me lève, sans éviter de faire grincer le parquet, sans marcher sur la pointe des pieds et sans avoir envie de m’en coller une parce que j ai fais tomber une petite cuillère! Mon premier geste du matin n’est pas de faire chauffer un biberon de lait et de mettre la moitié du chocolat en poudre sur le plan de travail parce que j’ai du mal à viser le goulot! Non, mon premier geste est pour moi! Je me fais chauffer Un thé Que j’ai bien l’intention de boire chaud! Je me presse même des oranges! Je me glisse ensuite dans mon plaid moelleux que je ne suis pas obligée de partager! 

Je joue les filles hautaines en tombant sur les Zouzous Et en zappant sans scrupule! Desolée les Filles Mais ce matin, je vous prends de haut! Pas de Zouzous Ici! Moi, Je vais écouter la musique, ma musique de grande , à un volume Plus que pas raisonnable! Pas de comptines auxquelles je n’ai aucune explication rationnelle à donner. Je ne serai pas obligée d’expliquer pourquoi les bateaux ont des jambes et de chantonner en canon « l’as tu vu pouet pouet tagada la toto mobile! ». Ce matin, Je Suis seule! Je savoure. Je ne jouerai ni au Verger ni à l’Ours Polaire! Je ne ramasserai pas de pâte à modeler et Je ne serai pas obligée de me cacher dans le placard! Je me paierai ensuite le luxe d’un deuxième thé en pensant à Tout Le temps libre Que j’ai.

J’irai ensuite me laver, seule! Et Pas en quatrième vitesse! Non, lentement, tranquillement, à l’heure que j’aurai jugé idéale! Je choisirai la musique qui va bien! Je fermerai le rideau et celui ci restera fermé jusqu’à ce que j’aurai décidé de le réouvrir! Soit 15 minutes après! Je n’aurai pas besoin de passer la tête pour regarder le dessin d’une pseudo Peppa Pig faite sur un morceau de papier par l’enfant! Je n’aurai pas besoin de râler parce que mon nouveau shampoing pointes asséchés de chez Lush à été vidé hier sans Que Je Ne m’en aperçoive! Je n’aurai pas besoin de vite m’habiller parce que l’enfant me fait l’inventaire de mon anatomie! Je n’aurai pas besoin de faire huit pauses entre le brushing et le fond de teint! Ce matin, je serai jolie! 

Ce midi, pas de repas à élaborer. Pas de timing à respecter. Pas de petite sauvageonne à rassasier. Juste quelques céréales à me mettre dans un bol lorsque j’aurai une petite fringale. Ce midi, Que les casseroles m’oublient! Rien ne se passera en cuisine! Pas de plats crames parce que je donne le bain Et Que Je fais tourner une machine en même temps! Pas de négociations, Pas de balayette, Pas de lavage de mains et pas de javel à passer! Je mangerai affalée sur le canapé telle une adolescente en pleine rébellion. Je ferai tout ce que j’interdis à l’enfant! Je mangerai devant la télé, avec les doigts, les pieds en evantail, Je parlerai la bouche pleine Et même Que je m’essuierai avec la manche! 

Je choisirai ensuite le téléfilm de Noël le Plus inintéressant qui soit Et me vautrerai de nouveau sur mon canapé. Je mangerai du chocolat et m’octrorai même une petite sieste. Je passerai du temps sur Facebook et Instagram sans culpabiliser et j’apprécierai le calme avant la tempête! Je compterai ensuite les quelques heures de tranquillité qu’il me reste. 

Puis vers 17h, J’ecarterai les Bras et laisserai s’y engouffrer une petite fille au sourire dévastateur. Je laisserai s’envoler ce calme précieux pour moi mais laisserai entrer les rires, la fatigue Et l’amour. 

Merci Papy Et Mamie!